EN DÉCEMBRE : Transport Offert ♦ Bijoux en Promotion ♦ Livraison avant Noël Garantie pour toute commande jusqu'au 4 décembre
EN DÉCEMBRE : Transport Offert ♦ Bijoux en Promotion ♦ Livraison avant Noël Garantie pour toute commande jusqu'au 4 décembre

Mollusque - Définition et approche - Conchyologie - Malacologie

Fermer

Les mollusques

Mollusque : définition et approche

Les mollusques font partie des invertébrés. Plus de soixante dix mille espèces de mollusques ont été identifiées aujourd'hui, mais leur nombre représente certainement plus du double dans la réalité tant le fond des mers peut encore nous réserver des surprises.

Les mollusques nous sont connus essentiellement par leur aspect le plus caractéristique pour la plupart d'entre eux : la coquille. C'est en quelque sorte un squelette externe, qui a vocation d'armure protectrice.

Des espèces en voie de disparition

La Nature, dans ses délires créatifs, a exprimé une immense fantaisie de formes et de couleurs pour rendre les coquilles extrêmement séduisantes. Hélas ! car, si la collection de timbres contribue très peu à l'extinction des postiers, la collection de coquillages concourt sérieusement à mettre bien des espèces en danger.

Entre l'attrait esthétique qu'exerce la coquille, et la qualité gustative des chairs de certaines espèces, les mollusques vivent, comme tout ce qui bouge sur la planète, une période difficile et probablement désespérée.

La séduction coquillère

La séduction coquillière n'est pas nouvelle. Les plus vieux manuscrits d'histoire naturelle qui montrent des coquillages datent de plus de quinze siècles. Mais c'est à partir du xvie siècle que les premiers traités de conchyliologie, la science des coquillages, font leur apparition. Les collections nationales du Qatar abritent une série exceptionnelle de ces vieux livres précieux.

Ouvrages et traités de conchyologie

MollusqueLe cabinet des curiosités naturelles

Les plus beaux sont deux exemplaires du Thésaurus qu'Albert Seba (1665-1736), un fortuné pharmacien hollandais, a consacré à son cabinet de curiosités. Cet inventaire des curiosités du monde naturel est un ouvrage fascinant où les espèces animales sont agencées d'une page à l'autre de manière à créer un effet esthétique surprenant. Les planches les plus spectaculaires sont celles qui sont consacrées aux coquillages. Le livre, très connu depuis une édition Taschen récente (Albertus Seba, Le Cabinet des curiosités naturelles, Cologne, 2001), a été imprimé entre 1734 et 1765.

The Universal Concholiogist

Un autre ouvrage remarquable, toujours dans la catégorie des cabinets de curiosités, est certainement le célèbre The Universal Conchologist, dont on dispose au Qatar de plusieurs exemplaires. Le plus rare contient cent soixante planches gravées, colorées à la main par l'auteur, Thomas Martyn (1736-1825), qui animait à Londres une académie de peinture naturaliste.

Les spécimens représentés proviennent de divers cabinets de curiosités anglais, mais aussi des collectes rassemblées lors des voyages de Cook au XVIIIe siècle.

Collection de coquillages

Nous pourrions encore citer le rarissime livre sur la collection de coquillages du grand-duc de Toscane, Cosme III de Médicis, publié en 1742 par son médecin Niccolô Gualtieri à la fin de sa carrière.

Malacologie

Désintérêt lié aux perles

Ce qui est constant dans ces ouvrages, c'est qu'en dépit d'une démarche scientifique de classification qui se met en place, la perle n'a pas encore la part qu'elle mérite. À peine est-elle mentionnée. De fait, dans la science malacologique, qui étudie les mollusques, la perle a rarement éveillé l'intérêt.

Les guides de collectionneurs de coquillages les plus récents font l'impasse totale sur la perle. C'est d'autant plus étonnant qu'il s'agit d'un « sous-produit » du coquillage qui présente une grande valeur, en particulier depuis que la culture de la perle constitue un enjeu économique vital pour des millions de personnes.

En fait, ce sont les gemmologues qui vont vraiment s'emparer du sujet. En raison de ce désintérêt des naturalistes, bien des perles sont ignorées et jetées. Aussi, la tâche d'établir un catalogue des mollusques ayant fourni des perles n'est pas aisée.

5 classes de mollusques

Perles de coquillages classiques et raretés

Notre travail consiste ici à présenter les perles de coquillages classiques, ainsi qu'à révéler les raretés dignes de cabinets de curiosités et dont l'existence est quasiment inconnue. Les informations dans ce domaine circulant peu, il est évident que nous ne pouvons dresser un catalogue exhaustif. Il s'agit plutôt d'une fenêtre entrouverte sur un monde méconnu, celui des perles rares. Beaucoup d'entre elles sont uniques, toutes sont de rares trésors, parfois exceptionnelles de beauté.

Pour les cinq classes principales de mollusques dotés de coquilles externes, les perles n'ont été trouvées que dans des gastéropodes, des bivalves et des céphalopodes.

Dans les deux classes les moins fréquentes, les dentales et les chitons, aucune perle n'a été décrite à ce jour. Dans les pages qui suivent, nous nommerons les coquillages par leur nom savant d'espèce, en latin, et en précisant le nom commun, lorsque les pêcheurs ou les curieux leur en ont donné un. Nous traiterons plus en détail les familles de perles importantes et mentionnerons les curiosités qui n'apparaîtront jamais en joaillerie.

Perles de mollusques marins

Les perles de gastéropodes

Les gastéropodes forment la plus grande classe au sein des mollusques. Ce qui caractérise la plupart d'entre eux est leur coquille spiralée. Les gastéropodes vivent en majorité dans la mer sauf les escargots qui sont des gastéropodes terrestres.

Pour la petite histoire, il convient de rappeler que les escargots que mangent les Français avec délectation produisent aussi des perles. Prises pour un grain de sable, elles sont généralement négligées. Un autre point commun de la plupart des gastéropodes est le pied imposant qui forme une sorte de semelle leur permettant de ramper et de s'agripper. L'enroulement des viscères dans la coquille spiralée et la taille du pied font que les gastéropodes développent rarement des perles.

En effet, lorsque l'animal se range dans sa coquille et la ferme avec un opercule, une membrane cornée attachée au pied, il ne reste plus d'espace vide pour qu'une perle puisse aisément se développer. Trois genres de gastéropodes livrent des perles d'une grande beauté et d'un intérêt commercial : les ormeaux (famille Haliotidae), les strombes (famille Strombidae) et les volutes (famille Volutidae). Outre ces producteurs de perles relativement connus, il existe de nombreuses raretés que nous présentons ici.

Recherche sémantique liée à mollusque

Mollusque liste
Mollusque synonyme
Mollusque marin
Mollusque gastéropode
Mollusque céphalopode
Mollusque bivalve
Mollusque définition
Mollusque exemple

 

 

→ VOIR NOS PERLES ISSUES DES MOLLUSQUES PERLIERS : BIJOUX PERLES DE CULTURE

 

Imitations de perles < ARTICLE PRÉCÉDENT ARTICLE SUIVANT > Les mollusques des perles