EN DÉCEMBRE : Transport Offert ♦ Bijoux en Promotion ♦ Large sélection de bijoux garantie pour Noël
EN DÉCEMBRE : Transport Offert ♦ Bijoux en Promotion ♦ Large sélection de bijoux garantie pour Noël

Mythes, symbolisme et pouvoirs accordés aux perles

Fermer

Mythes et symbolisme des perles

Mythes liés aux perles

Dans toutes les régions du monde où elles ont été connues, sont apparus des légendes sur leur origine et des mythes sur leur attributs. la popularité de ces mythes et légende explique partiellement le retard de la connaissance scientifique sur l'origine et la formation des perles. Ces mythes ont aussi été la cause de la convoitise des hommes pour acquérir ces précieuses et magiques gemmes, encourageant la pêche des perles jusqu'à la quasi extinction des bancs naturels dans toutes les mers où celles-ci se trouvaient.

La création divine

déesse de l'Amour, Aphrodite-Astarté-Vénus

Les perles, en tant qu'emblèmes de la beauté naturelle pérenne, ont été liées dans toutes les cultures des régions perlières à la création divine. Les mythes qui ont essayé de discuter leur origine ont toujours considéré ces gemmes comme un produit directement ou indirectement divin, ce qui explique l'origine des croyances qui les considéraient comme porteuses des pouvoirs surnaturels et magiques des divinités dont elles provenaient.

Ainsi l'homme les a aussi recherchées pour s'approprier et employer leurs dons. Les perles ont donc été des objets chéris et vénérés, et non pas simplement de belles gemmes convoitées. Dès leurs premiers usages, elles ont été des symboles portés en bijoux ou en amulettes. Néanmoins, le bénéfice tiré de leurs pouvoirs surnaturels ne s'arrêtait ps là. Il a été couramment étendu aux usages médicaux et surperstitieux.

Symbolisme des perles

Croyances diverses liées aux perles

Le pouvoir symbolique des perles était tellement grand dans l'Antiquité qu'il pouvait atteindre des régions extrêmement éloignées des gisements perliers. Nées en Inde ou en Perse, les croyances mystiques, religieuses et superstitieuses sur les perles se sont répandues dans toutes les directions de l'Ancien Monde. Depuis l'Antiquité, les perles arrivaient de l'Orient en Occident accompagnées de leur symbolisme, qui, adapté à chaque culture, a donné naissance à de nouvelles légendes, depuis la Chine jusqu'en Grèce. Malgré ces adaptations, l'essence de leur pureté restait inchangée.

Croisement des mythes sur la nature des perles

Les origines des perles

Cette transmission culturelle explique les grandes similarités qui existent entre les mythes au sujet de la nature des perles. L'origine mythique la plus courante était centrée dans les gouttes d'eau qui tombaient du ciel dans la mer. Ce mythe indien était courant dans toute la région de l'Indo-Pacifique.

Parmi les anciens Chinois, on croyait que les mollusques étaient fécondés à cause du tonnerre et que les perles grandissaient sous l'effet de la lumière de la lune.

Comme des évidences archéologiques l'ont montré, les Persans zoroastriens qui adoraient le soleil et le feu considéraient que le rôle de cet astre sur la formation des perles était encore plus important que celui de la pluie.

Adaptant les mythes de l'origine des perles à leur propre culture, les anciens Grecs associaient les gemmes brillantes à Aphrodite, la déesse de l'amour et de la beauté. Ils croyaient qu'elle était issue de l'écume de la mer. Lors de sa naissance, elle s'était secouée, avait jeté des gouttes d'eau dans l'océan et celles-ci étaient devenues des perles. Pour les Grecs, les perles symbolisaient le charme de la déesse de l'amour. La mythologie grecque a aussi comparé les perles avec les larmes des dieux, une notion qui a prévalu pendant des milliers d'années.

La croyance que les perles provenaient de gouttes d'eau solidifiées, aidées par la lumière du soleil ou de la lune, est devenue dominante dans la pensée européenne sur l'origine de ces gemmes. De façon étonnante, les tribus américaines que les Espagnols rencontrèrent aux Caraïbes aux XVe et XVIe siècles, avaient développé des idées très semblables. Ces cultures si éloignées et si différentes accordaient à l'origine des perles des causes surnaturelles provenant du feu ou de l'eau et octroyaient certaines qualités surnaturelles à ces gemmes.

Symbolisme moral et spirituel des perles

Le sacré et l'abstrait

Les perles étaient des symboles mystiques et moraux dans les différentes sciétés du fait de leur origine mysthique et spirituelle. Quelquefois, elles incarnaient des êtres ou des principes sacrés ou encore des idées abstraites. De la préhistoire à l'époque moderne, la perle a toujours été le symbole de la beauté parfaite et pure, de l'amour en plénitude, de l'innocence, de l'humilité et du sens de la gratitude ou de la reconnaissance.

L'hindouisme a employé l'image des perles sans ses textes sacrés dès l'an 1000 av. J.-C. Le bouddhisme chinois inclut les perles parmi les huit bijoux, aussi connus comme les huit objets précieux dans son iconographie. Les cultes mystérieux des temps gréco-romains, qui ont atteint leur zénith au IIIe siècle, ont aussi trouvé une signification spéciale aux perles. Les premiers chrétiens considéraient ces gemmes comme un puissant symbole de pureté, de foi et de la naissance sacrée du Christ.

La richesse perlière de L'Inde et de la Perse a permis à leurs habitants d'apprécier et de collectionner de grandes quantités de perles. En Orient, elles apparaissent dans les cultes religieux et dans la poésie. Dans les Veda (1000 av. J.-C), le Ramayana et le Mahabharata, il y a plusieurs allusions aux perles. Un ancien mythe hindou rapporte que ce sont les éléments qui ont fait ces offrandes à la divinité. L'air lui a offert l'arc-en-ciel, le feu l'éclair, la terre un rubis, et la mer une perle. L'arc-en-ciel a formé une auréole autour du Dieu, l'éclair lui a servi de lampe, le rubis a orné son front et il a mis la perle sur son coeur.

En Occident, la naissance de la perle est associée à celle de Vénus. Cette légende a été représentée par Botticelli (1486) dans son tableau La naissance de Vénus qui se trouve à la galerie des Offices à Florence et sur lequel Vénus est représentée sortant d'un grand coquillage. Les perles sont aussi associées aux larmes. Les perles blanches sont des larmes de femmes, les perles noires sont des larmes d'hommes.

Dans le monde religieux, on a toujours loué la perle comme un symbole de pureté, d'humilité et de crainte de Dieu. Les premiers chrétiens ont transformée un mythe ancien de l'origine divine dans une métaphore de la naissance du Christ, faisant de la perle un emblème tant du Christ que de la Vierge. La perle a aussi représenté l'âme incarnée dans un corps terrestre. L'âme perle était innocente, pure et pleine de foi et de sagesse, quoique entourée par la corruption du monde. Puis l'imagerie sacrée de la perle s'est concentrée sur sainte Marguerite d'Antioche, dont le nom vient du mot grec signifiant perle. Les portes de perles, pearly gate, ont aussi symbolisé l'entré dans le royaume des cieux, rappelant la porte de perles qu'avait Aphrodite. Cette porte représentait l'entrée dans son paradis sexuel.

L'association des perles avec le plaisir sexuel au paradis s'est étendue à l'islam. L'iconographie islamique utilisait la perle comme symbole de la divine plénitude sexuelle. Lorsque le croyant mourait, il était enchâssé dans une perle ou entouré de perles parmi lesquelles il vivrait éternellement accompagné d'une belle femme.

Jusqu'au XVIIe siècle et même longtemps après, les Européens ont accepté l'origine divine des perles. À l'époque victorienne, comme représentation de l'amour, la perle était un symbole du clitoris, rappelant la porte perlière d'Aphrodite. Son emploi dans l'imagerie religieuse en a fait un symbole de salut, tandis que sa valeur monétaire en faisait un symbole de richesse. Encore aujourd'hui, en psychologie, on emploie la perle dans l'interprétation des rêves. Elle symbolise le centre mystique ou l'âme ou encore la sublimation de pulsions anormales.

Les perles ayant joui pendant tant de siècles du statut de création mystique et de porteuses de pouvoirs surnaturels, l'obsession des hommes à leur égard n'a pas été due seulement à la luxure et à la richesse, mais plutôt à des motivations spirituelles ou superstitieuses.

Usage médical de la perle

La régénération par les perles

La croyance la plus courante leur accordait le pouvoir de conférer une grande vitalité à ceux qui en possédaient. L'association des perles avec les forces fondamentales de la nature a aussi fait croire qu'elles étaient un indicateur de la santé de leur porteur. Elles pâlissaient s'il était malade et perdaient leur lustre s'il mourait.

En Babylonie, on attribuait aux perles et à la coquille qui les contenait des pouvoirs régénérateurs. Les Chinois leur ont attribué des pouvoirs vitaux et aussi celui d'empêcher les incendies de forêts.

La valeur métaphorique et mythologique des perles a fait d'elles l'objet d'étude des alchimistes et des astrologues, ainsi que des interprètes de rêves. Associées dans la mythologie ancienne à la lune, au soleil et au ciel, les perles ont eu plusieurs significations pour les astrologues. Les alchimistes leur ont trouvé beaucoup d'usages médicaux. Les praticiens modernes de la médecine ayurvédique continuent d'employer certaines vieilles formules des alchimistes pour promouvoir la longétivité, la virilité, la bonne vue et la digestion. Les perles étaient aussi connues comme les aphrodisiaques et elles étaient un produit de première classe pour la cosmétologie en Chine et en Égypte.

L'emploi médicinal des perles est très ancien. Il est mentionné dans le Charaka-Samhita, le plus ancien texte médical écrit en sanscrit qui date des débuts de l'ère chrétienne. C'est surtout en Orient que des vertus thérapeutiques ont été attribuées aux perles. Elles étaient employées pour soigner les fièvres, l'indigestion et les hémorragies et on leur attribuait des vertus stimulantes.

La littérature abonde en récits de méthodes pour les employer comme pilules, pommades, etc. Selon Narahari, médecin du Cachemire en 1240, la perle soignait les maladies oculaires. C'est un antidote contre les poisons. Elle soignait la tuberculose, fortifiait et améliorait la santé en général.

Pour les médécins arables, la poudre de perle guérissait les yeux malades. Elle était efficace pour soigner les palpitations, les nerfs, la mélancolie et les hémorragies. Au Japon, même au XXe siècle, des qualités médicales étaient accordées aux perles. En Chine, elles étaient employées pour soigner les yeux et les oreilles. Au Japon, elles l'étaient contre l'insomnie, les troubles gynécologiques, la toux et d'autres maux. Dans toutes les civilisations orientales, les perles entières, en poudre ou brûlées, étaient employées pour soigner des maladies du coeur, l'indigestion et pour faire toute sorte de fortifiants. En Grêce, les perles ont été employées comme médicaments même après Aristote, Platon et Hippocrate qui ont développé les bases de la médecine moderne.

Beaucoup d'écrivains médiévaux citent les effets bénéfiques des perles. Leurs qualités étaient tellement puissantes qu'il suffisait de les porter pour qu'elles fissent leur effet croyait-on.

Les perles ont eu une place centrale dans la pharmacie mondiale jusqu'à l'avènement de la médecine scientifique au XIXe siècle. C'est seulement à ce moment-là que les médecins occidentaux ont considéré que les perles n'avaient pas plus de valeur médicale que la vulgaire craie. En Inde, les guérisseurs emploient de nombreuses prescriptions ancienne et, en Chine, elles sont utilisées dans les cures traditionnelles.

Comme les liens entre attributs surnaturels, les soins médicaux et les superstitions étant difficilement discernables, il n'est pas surprenant que les usages superstitieux des perles aient proliféré. Dans l'Atharveda qui date au moins de 2400 av. J.-C, on fait allusion à une amulette de perle et de nacre employée par les Hindois pour donner longue vie et prospérité aux jeunes disciples brahmanes. Pour les mystiques taoïstes qui recherchaient l'immortalité, les perles étaient un ingrédient important dans une formule pour perpétuer l'éternelle jeunesse. Dans le livre de Han, ancien texte chinois, on dit que la perle est l'âme occulte de l'huître. Au Moyen-Âge, les dames offraient des perles à leurs chevaliers pour qu'ils les portent dans les tournois.

La perle comme cadeau de mariage

De bonne ou de mauvaise augure

Finalement, grâce au lien des perles avec les notions de pureté et de douceur, depuis l'Antiquité, elles ont été un cadeau de mariage convenable. Selon une ancienne tradition hindoue, il est courant dans les mariages que l'on présente et perce une perle vierge.

Dans les mariages en Occident, les perles sont aussi courantes. Mais dans plusieurs pays occidentaux, on considère de mauvais augure que la mariée porte des perles le jour de son mariage car elles représentent les larmes quelle versera dans sa vie matrimoniale.

 

 

→ POUR VOS NOCES DE PERLES : BIJOUX SYMBOLIQUES PERLES

 

Perles célèbres < ARTICLE PRÉCÉDENT ARTICLE SUIVANT > Perles de Chanel